Textes 
 Images 
 News 
Galerie Gabrielle Maubrie 24, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris  tel: 01 42 78 03 97 fax: 01 42 74 54 00
Do you want to switch to the english version ?

LA BIBLIOTHÈQUE COMME MÉMOIRE - [ Translate this page in english ]

« LA BIBLIOTHÈQUE COMME MÉMOIRE »

Exposition du 28 janvier au 3 mars, 2012

La domination des médias numériques comme principal lieu d’échange d’informations a fondamentalement changé la place de l’écrit et des livres dans notre culture. Alors que, autrefois, le livre jouait le double rôle central de formalisation du discours usuel et de préservation des idées, il est aujourd’hui davantage devenu un symbole qui représente souvent le besoin d’une sorte de mémoire collective qui serait physiquement plus tangible que des images sur un écran d’ordinateur.

Les artistes de cette exposition utilisent tous l’idée et l’image du livre d’une manière particulière qui relie une information culturelle commune avec une mémoire ou une interprétation personnelles. La voix singulière de l’auteur y est mise en question comme y est étudié le livre, entre objet symbolique et boîte à texte.

RICHARD ARTSCHWAGER
Né en 1923 à Washington, U.S.A.
Richard Artschwager, à travers son œuvre, efface la frontière entre abstraction et représentation figurée. Il remet en question notre perception et nos habitudes visuelles par la déconstruction de formes familières.
« Livre » 1987 : cette pièce est typique de l’œuvre de Artschwager, qui cherche à transformer les objets du quotidien en structures ambivalentes qui impliquent une relation entre l’illusion et la réalité. Livre est bois recouvert de formica.

IAN WALLACE
Né en 1943 à Shoreham, Grande-Bretagne
Vit et travaille à Vancouver, Canada
« Le voile ouvert » (2011) est en lien avec le poème « Un coup de dés » de Stéphane Mallarmé. Ce poème, écrit et publié pour la première fois en 1897, a été une source d’inspiration pour mon travail depuis le début des années 1970. Non seulement sa disposition typographique unique en fait la première œuvre majeure de la poésie visuelle, mais je considère aussi qu’elle constitue un des fondements des éléments centraux de l’art moderne ; pour les expérimentations d’avant-garde dans l’abstraction, le collage, le ready-made et le monochrome. Son thème du naufrage exprime la réponse de Mallarmé à la crise de la culture, sa confrontation avec le destin artistique et le caractère indéterminé de l’existence, ou « hasard’ .
Ces oeuvres consistent en une série de photographies laminées sur toile, combinées avec des aplats abstraits de couleur et de toile blanche qui agissent comme une fondation – ou une base, pour le caractère indéterminé de l’image photographique au centre de la composition.

CHRISTIAN MARCLAY
Né en 1955 à San Rafael, Californie, U.S.A.
Le travail de Christian Marclay explore les connexions entre beaux-arts, son, photographie, vidéo et film, transformant les sons et la musique en une visible forme visible physique grâce à la performance, le collage, la sculpture, installation, la photographie et la vidéo.
« Whomp » (2006) est une œuvre faite à partir d’onomatopées qu’il a arrachées de bandes dessinées et de collages avant de les scanner et de les réimprimer en grand format. Ces onomatopées, avec leurs lettres géantes et leurs chapelets de voyelles ininterrompues, explosent à travers la page à des moments décisifs dans toutes les équipées de super-héros, mais leur présence forte reste silencieuse jusqu’à ce qu’elles soient interprétées et lues à haute voix. Marclay traite ces mots comme des objets, créant des collages qui soulignent la matérialité du papier et de l’encre de la bande dessinée d’origine. Retirés de leur contexte narratif, les mots pétillent avec une violence aléatoire et une énergie à peine contenue.

LESLIE HEWITT
Née en 1977 à New York
On a pu dire que Hewitt appartenait à cette génération post-droits civiques, qui appréhende le mouvement des droits civiques par l’image et le texte plutôt que par l’expérience directe.
Make it plain (2006) est une série de photographies de grand format qui, au lieu d’être accrochées traditionnellement aux murs de la galerie, sont exposées au sol, et appuyés contre un à l’intérieur du cadre de la photographie. Ces objets dans l’image font référence tantôt à l’histoire littéraire des Afro-Américains ou aux luttes pour les droits civils, tantôt à des textes qui se rapportent à des techniques d’observation et de reproduction comme l’ouvrage d’Eastman Kodak « comment faire de bonnes photographies ».
Hewitt établit un lien entre l’exploitation du travail indirectement représentés par les produits du commerce dans les natures mortes du 17ème siècle (surtout hollandais), des natures mortes avec des objets incorporés dans ses assemblages qui parfois font directement référence aux droits civils et les mouvements de la conscience des Noirs.

ALLEN RUPPERSBERG
Né en 1944 à Cleveland, Ohio, U.S.A.
SISTE VIATOR (La halte du voyageur) 1993

Ce travail est un recueil d’histoires, de récits réelles ou imaginaires. C’est un monument dédié autant à notre propre mémoire qu’à la mémoire de ceux qui sont les sujets des livres.
Le genre monument, dans l’esprit général, est lié à la statuaire, à la représentation humaine figée dans la pierre.
Ici, le monument est une construction de mots, d’idées, de sens, tout ce qui fait la littérature.
La bataille d’Arnhem a mis aux prises quatre nationalités (Anglais, Hollandais, Polonais et Allemands). Pour chaque pays, Ruppersberg a choisi cinq livres populaires, parus entre 1920 et 1944. Ils ont été reproduits exactement dans leur format, jaquette, couverture, reliure et page de titre, le reste étant laissé en pages blanches. Un des livres de chaque langue est reproduit intégralement. Chaque exemplaire porte un ex-libris en page de garde où est inscrit le nom d’un soldat tombé à Arnhem.
Cette pièce a été présentée en 1993 à Arnhem, d’abord dans le cimetière de la ville. Les vingt volumes étaient disposés dans une cabane de chantier fermée. Rien n’en signalait la présence et l’ensemble se fondait dans la solitude de l’architecture du lieu. Par contre, à la librairie Hijman, au centre de la ville, le public pouvait voir et consulter les vingt volumes.

MARCO ROUNTREE
Né en 1982 à Mexico
Vit et travaille à Mexico
La proposition de Marco Rountree consiste en la simple action de plier les pages de livres vers la gauche et les présenter sur des étagères en bois, rendant ainsi leur lecture impossible. L’altération de la structure initiale du livre le transforme en un autre objet, le libérant de son rôle initial (la lecture) pour en faire un objet sculptural avec de nouvelles connotations formelles. Après que chaque page a été tournée, émerge une sorte de code ou de graphisme complètement différents de ceux que le livre avait à son origine. Cette impossibilité d’acquérir des connaissances est l’une des questions actuelles soulevées dans le travail de Marco Rountree. Le faible taux de lecture de livres par la population mexicaine, suggèrent les difficultés de la population des pays à faible revenu pour développer une éducation adéquate.

HANS PETER FELDMANN
Né en 1941 à Hilden
« Je pense que le monde d’images qui nous entoure est, en quelque sorte, l’expression du monde des représentations, une expression des désirs. L’environnement ne se représente pas tel qu’il est, mais comme nous aimerions qu’il soit. En collectionnant ces images, je cherche à classer ces rêves en catégories, au moins de dégager des lignes, des courants principaux, si vous préférez ».

THÉO MERCIER
Né en 1984 à Paris
L’œuvre de Théo Mercier est assurément pleine d’esprit, d’humour, de légèreté, de gravité, d’élégance, de charme, de poésie, de trouvailles, de surprises, de grincements, de sens pluriels… C’est-à-dire pleine d’avenir.

ANTONI MUNTADAS
Né en 1942 à Barcelone, Espagne
Considéré comme l’un des pionniers de l’art des médias et de l’art conceptuel en Espagne, Antoni Muntadas depuis plus de quatre décennies développe de projets qui posent une réflexion critique sur des questions clés dans l’élaboration de l’expérience contemporaine. Son but est de détecter et décoder les mécanismes de contrôle et de puissance par lesquels se construit le regard hégémonique, et d’explorer le rôle crucial dans ce processus joué par les médias de masse.
Le Musée Reina Sofia à Madrid montre une rétrospective D’Antoni Muntadas jusqu’au 26 février 2012.

NELSON LEIRNER
Né en 1932 au Brésil
L’essentiel de l’esprit qui anime la production de Nelson Leirner est là : forte conscience critique, prise en considération des enjeux politiques et refus du savoir-faire, mais aussi dérision et anti-dogmatisme. À partir des années 80, sa production artistique s’est concentrée sur des arrangements d’objets manufacturés. Au-delà des enjeux du « Pop », cette pratique d’assemblage offre un reflet fidèle et ironique d’un environnement culturel et industriel global, d’un « tourisme commercial » comme d’un « commerce touristique » de masse. Tous les exotismes sont représentés : des bouddhas, des saints chrétiens, et des Christs, des cow-boys, des éléphants, des chats, des théières japonaises.
Nelson Leirner a une qualité rare, qu’il partage avec quelques très grands artistes comme Picabia : toujours expérimenter, sans jamais acquérir de certitude.

RICHARD WENTWORTH
Né en 1947 à Samoa, Nouvelle-Zélande
Richard Wentworth joue un rôle prépondérant dans la sculpture britannique depuis la fin des années 70. Par son travail qui englobe la notion d’objets et de leur utilisation dans le cadre de nos expériences quotidiennes, il a modifié la définition traditionnelle de la sculpture. En manipulant des objets industriels ou trouvés, en les transformant en œuvres d’art, Wentworth subvertit leur fonction d’origine et étend notre compréhension en cassant le système conventionnel de classification. Ces arrangements sculpturaux et ces ready-mades assistés jouent avec la juxtaposition d’objets qui n’ont aucun rapport les uns avec les autres, autant qu’avec une gamme de matériaux sortis de leurs contextes d’origine.
Firma Terra Firma Terra, 2009 : l’installation des livres attachées par des

www.gabriellemaubrie.com/ - 2k - En cache - Pages similaires