Textes 
 Images 
 News 
Galerie Gabrielle Maubrie 24, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris  tel: 01 42 78 03 97 fax: 01 42 74 54 00
Do you want to switch to the english version ?

FINITE WORLD - [ Translate this page in english ]

ALEX MACLEAN
« FINITE WORLD »
Exposition du 10 Septembre au 8 Octobre 2016


Depuis 30 ans Alex MacLean se penche depuis le ciel pour quelques clichés sur une dimension bien plus large que la photographie, plutôt d’une valeur scientifique et démonstrative cadrée par une réflexion et une analyse de l’urbanisme galopant avec une approche positive et négative selon ces prises de vues.
Le parcours de ce photographe, urbaniste et architecte de formation, est plutôt complexe, fondateur de l’agence Landslides, seul dans sa machine, souvent à haute altitude il prend ces clichés manuellement. Il a exposé dans de grands musées, y compris une exposition personnelle à la collection Menil à Houston. Sa carrière est internationale. Il y a 2 ans, il a remporté le prix de Rome, un prix vénérable en architecture de paysage.
A travers ces photographies, il livre les organisations et les aménagements urbains qui définissent les différents modes de vie et de consommation. Evolutions de la perception du monde urbain, Alex MacLean immortalise certaines vérités aux questions urbaines.
Il aborde les enjeux fondamentaux du XXème siècle : atmosphère, mode de vie, dépendance automobile, électricité, déserts, usage de l’eau, montée des eaux, déchets et recyclage, urbanisme.
A l’automne 2014, Alex Maclean et Daniel Grossman ont survolé les centres de production de pétrole aux Etats-Unis et au Canada. Nous avons sursauté en voyant le système qui a le pouvoir sur nos vies et menace notre climat. Nous avons survolé les gisements de goudron sablés du nord de l’Alberta, les raffineries de la côte du golfe du Texas, et le pipelines et les parc de stockage qui les parcs de stockage qui les relient.
Alex à capturé l’étrange beauté dans la forme et la forme de destruction de l’environnement, les parcs de stockage et les bords artificiels, des couleurs, des acres défrichées d’usines, des tuyaux, des pompes et des bassins-versants les structures précises de leur but lucratif.
Après à peu près 130 ans d’industrialisation, nous avons réchauffé la terre de 0, 8 degrés centigrades et allons sûrement chauffer presque autant à nouveau, même si « nous » arrêtons demain toute combustion industrielle, toute conduite au volant, tout chauffage de la maison à base de carbone.


www.gabriellemaubrie.com/ - 2k - En cache - Pages similaires